Cosa succede in città

Publié le samedi, 13 mars 2021 à 18h30

Canta che ti passa... #Sanremo2021

Par Anais Proietti

Cette année encore, le festival de la chanson italienne nous a donné beaucoup d’émotions.

Samedi soir ou plutôt dimanche matin, il a fallu attendre jusqu’à 2 heures pour connaitre le nom des vainqueurs de la 71e édition du festival de Sanremo : les Måneskin avec la chanson « Zitti e buoni ». Ce quatuor rock de jeunes romains a brisé la tradition « sanremese » en gagnant avec une chanson qui, heureusement, n’est pas tout à fait conforme au tube classique attendu lors de ce festival. Vasco Rossi lui-même, le chanteur rock italien par excellence, auteur de la chanson dont notre chronique tire son nom, s’est félicité de la victoire des Måneskin sur Instagram « Rivoluzione Sanremo !!! Il Popolo ROCK ha votato ! KOM plimenti !”. Le groupe romain, dont les membres ont entre 20 et 22 ans, représentera l’Italie à l’Eurovision organisé à Rotterdam. Francesca Michielin et Fedez se placent en deuxième position avec la chanson « Chiamami per nome », et la troisième place est attribuée à Ermal Meta avec « Un milione di cose da dirti ».

Ce fut une édition du festival de Sanremo inhabituelle. Pour la première fois le Théâtre Ariston était vide de public. En raison de la pandémie, les deux maitres de cérémonie, Amadeus et Fiorello, n’ont pu confirmer qu’à la dernière minute que cette édition allait avoir lieu. Mais malgré toutes les critiques, le 71e Festival de la chanson italienne a pu se tenir et divertir les téléspectateurs. On peut aussi relever la difficile performance du célèbre showman Fiorello, qui a dû interpréter de nombreux rôles au cours des cinq soirées sans avoir le moindre retour du public. Alors, bravo Fiorello ! Pour les artistes aussi, l'expérience de l'Ariston vide a dû être une expérience très émouvante, et cela a peut-être joué un peu sur leur interprétation. Ceux qui ont participé aux éditions précédentes savent en effet très bien à quel point la descente du fameux escalier du théâtre et découverte du public influe sur la performance des interprètes. Jouer sans public, c'est se priver de cette émotion, comme une sorte de contrôle sonore, et malheureusement cela s’est vu lors de certains morceaux.

Du Festival de Sanremo 2021 qui, il faut le dire, est un événement fait pour les Italiens, une tradition, plutôt qu’une émission de télévision, que retenons-nous ?

La scène du théâtre Ariston sans aucun doute. Une sorte de gigantesque vaisseau spatial qui s’est transformé à l’occasion des différentes performances. Une des nombreuses magies de Sanremo. Vote 9

La durée du Festival. Trop long. Il n’est pas possible de tenir tous les soirs jusqu’à 1h ou 2h du matin et au-delà. Vote 4

La compétence des co- animatrices de la soirée, qui ont offert aux téléspectateurs un beau spectacle et des réflexions profondes. La performance de la chanteuse Elodie, qui a vraiment été à la hauteur des stars américaines. Et la découverte d’une nouvelle figure féminine, Matilde De Angelis, une comédienne complètement à l’aise dans son rôle de co-animatrice et de chanteuse. Heureusement, le souvenir des « vallette » n’est qu’un souvenir. Vote 8

Le look et les artistes, chacun avec une garde-robe unique. La liberté se sent dans leur façon de s’habiller, et cela a toujours fait partie de l’histoire de la musique. Le look qu’on décide de porter est également une forme d’art, et lors de cette édition il y a eu beaucoup d’imagination, dans le bon comme dans le mouvais sens. Vote 7

La gagnante morale du Festival : Orietta Berti. Aimée des réseaux sociaux, son style a conquis le public et sa voix a surclassé les jeunes artistes célèbres du monde de la musique italienne. Vote 7

D'Achille Lauro, nous attendions tous une performance d’un style très particulier, et nous n’avons pas été déçus de ce point de vue. Sa prestation s’est révélée agréable, mais n’a toutefois pas atteint la force de son « personnage » du Sanremo 2020, une chanson et une performance qui sont restées gravées dans nos esprits. Vote 7

Les présentateurs. La complicité d'Amadeus et Fiorello est le fruit d'une véritable amitié. Alors, qui est le comédien en chef et qui l'épaule, on ne le sait pas, comme dans Totò et Peppino. Les deux présentateurs ont réussi à faire de ce festival un évènement divertissant,et ce n'était pas gagné d’avance compte tenu de la situation actuelle. Vote 8

Les chansons, bien évidemment, mais cette année, c'était le spectacle qui était roi. Parmi les chansons qu’on retient on trouve « Mai dire mai (La locura) » de Willy il Peyote (vote 9), « Combat Pop » de Lo Stato Sociale (vote 8), « E invece sì » de Bugo (vote 6), « Voce » de Madame (vote 7), « Ti piaci così » de Malika Ayane (vote 8), « Dieci » d’Annalisa (vote 8). Et la chanson qui a réjoui notre esprit est celle de Colapesce et Dimartino « Musica leggerissima » (vote 9). Nous vous conseillons d'écouter cette chanson, qui a remporté le prix 'Lucio Dalla', pour vous évader un peu du quotidien. Les chansons de Sanremo sont en réalité un peu le triomphe des chansons d'évasion, de ces chansons des lendemains qui chantent, même si tu ne le veux pas, même si tu ne connais pas toutes les paroles.

Cette année, Sanremo était un festival « fluide » et différent au cours duquel on a assisté à un foisonnement de genres, qui est allé au-delà de certains canons. Un festival qui reflète la musique que l'on entend aujourd'hui, d'Achille Lauro à Marcella Bella.

Le festival, après des années d’enlisement, a reflété une musique qui a (bien heureusement) changé.