MUSIQUE  ▪  RESTAURANTS  ▪  CINÉMA  ▪  LIVRES  ▪  ART ET EXPOS  ▪  THÉÂTRE  ▪  ANNONCES

FORUM  ▪  EMPLOI  ▪  CONFÉRENCES ET DÉBATS  ▪  WIKITALIE  ▪  AVANTAGES MEMBRES

NOS COURS  ▪  RÉDUCTIONS ET INVITATIONS  ▪  GASTRONOMIE  ▪  DIVERS  ▪  DOSSIERS

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

nature-morte-dans-un-fosse [2018/05/08 17:21] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +====== Nature morte dans un fossé ======
 +Pièce de théâtre de [[Fausto Paravidino]]
  
 +Qui a tué la jeune fille à coup de pieds dans le ventre, sur le visage ?\\
 +Qui lui a brisé toutes ses dents avant de la déshabiller,​ morte, pour finalement la jeter dans un fossé ?\\
 +
 +Fausto Paravidino est un jeune auteur en colère.\\
 +Les politiques qui se désengagent,​ les médias qui ne sont que des vendeurs... Pour lui la violence a tout envahi, même la cellule familiale.\\
 +En puisant dans l'​univers du roman noir, Fausto Paravidino réinvente les possibles du théâtre. Il place la question fondamentale de l'​enfance : « j'ai peur mais de quoi, de qui ? » au cœur de sa pièce. L'​angoisse de mort se déplace sur l'​angoisse de ne pas
 +savoir. Il crée ainsi un rapport d'​immédiateté dans le contact avec le spectateur. ​
 +
 +L'​utilisation du présent plonge le spectateur en plein crime: le suspense, c'est l'​instant présent. Et comme il « est » profondément un homme de théâtre, son meurtre est
 +un meurtre appartenant aux mythes fondateurs : ses personnages sont populaires, issus d'une modernité angoissante mais ils rejouent indéfiniment l'​histoire d'​Iphigénie et
 +d'​Agamemnon.
 +
 +Cette fois la notion de suspense devient un véritable enjeu théâtral. Peut-on faire peur au théâtre? \\
 +Nous imaginons cette « nature morte » sur la vaste scène d'un plateau nu, pas de scénographie arrêtée pour restreindre la fable noire de Paravidino, seuls les murs du
 +théâtre pourront stopper l'​invasion des figures. Les personnages de la
 +pièce par leur langage, leurs silhouettes se suffisent à eux-même pour donner vie à ce monde de putes, de dealers, de flics, de petites jeunes filles assassinées.
 +Nous sommes sept pour incarner les vingt-cinq personnages,​ et parce que
 +le théâtre rend parfois les morts plus vivants que les vivants, le cadavre
 +d'​Élisa sera de chaque instant, comme une figure rêvée.
 +
 +La cacophonie des sirènes de flics, les pneus qui crissent aux abords du
 +périphérique,​ le silence d'un repas conjugal, le rythme du secret et de
 +l'​intrigue,​ donner à entendre les pulsations de l’enquête et de l’angoisse…. le son : un partenaire à part entière. Mais il s’agit bien de théâtre et les coups de gueule et de
 +gouaille de [[Dario Fo]] ne sont pas loin.

Outils personnels