MUSIQUE  ▪  RESTAURANTS  ▪  CINÉMA  ▪  LIVRES  ▪  ART ET EXPOS  ▪  THÉÂTRE  ▪  ANNONCES

PIZZERIAS  ▪  EMPLOI  ▪  CONFÉRENCES ET DÉBATS  ▪  WIKITALIE  ▪  AVANTAGES MEMBRES

NOS COURS  ▪  RÉDUCTIONS ET INVITATIONS  ▪  GASTRONOMIE  ▪  DIVERS  ▪  DOSSIERS

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

giuseppe-tomasi-di-lampedusa [2018/05/08 17:21] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +====== Giuseppe Tomasi di Lampedusa ======
  
 +
 +{{https://​italopolis.italieaparis.net/​images/​portraits/​tomasi-lampedusa.jpg |Giuseppe Tomasi di Lampedusa}}Giuseppe Tomasi, duc de Palma de Montechiaro,​ prince de Lampedusa, est un écrivain sicilien né le 23 décembre 1896 à [[:​lieux:​Palerme]] en [[:​lieux:​Sicile]] et mort le 23 juillet 1957 à [[:​lieux:​Rome]]. Il est le fils de Giulio Maria Tomasi et de Beatrice Mastrogiovanni Tasca di Cutò.
 +
 +\\
 +===== Par Pietro Citati =====
 +
 +\\
 +Enfant, Giuseppe Tomasi di Lampedusa vécut dans une sorte de Paradis terrestre : personne ne refusait rien au roi de la maison ; et, pendant toute sa vie, il chercha involontairement et de toutes ses forces à régresser vers cet état bienheureux où n'​existaient ni le travail ni la responsabilité adulte. Il a vite été un enfant solitaire et taciturne, qui vivait plus volontiers parmi les choses qu'​avec les êtres humains, et se perdait dans les salles des immenses demeures familiales. Cette expérience de la solitude - tantôt angoissée, tantôt heureuse - ne le quitta jamais. Mais sa solitude ne fut pas entière : car sur tous les êtres, toutes les choses planait l'​ombre de sa mère, qui l'​empêcha de grandir, de mener sa propre vie, et le traita jusqu'​à sa mort comme un petit garçon - ou plutôt une petite fille très aimée.
 +
 +Puis vinrent les années des voyages et des grandes lectures. Il se rendit en France, en Angleterre, en Allemagne et dans les pays baltes. Il avait un cousin, Lucio Piccolo, excellent poète, auteur des Chants baroques : entre 1925 et 1930, Lampedusa écrivit, de Paris et de Londres, de nombreuses lettres à Piccolo et à ses frères, [[http://​www.italieaparis.net/​actualite/​lampedusa-guepard-voyage-10276.php|aujourd'​hui publiées au Seuil]]. Lucio Piccolo racontait que, dès qu'il quittait l'​Italie,​ Lampedusa semblait un autre. Il n'​était plus le prince sicilien fin de race, gras, timide, fils trop aimé de sa mère, mais un jeune homme vif, qui attrapait au vol les autobus de Londres, son pardessus flottant autour de lui.
 +
 +Il aimait en Angleterre la discrétion,​ l'​excentricité,​ le commerce avec les esprits de l'air, la folie - et en France, la richesse des sensations, la lucidité, le suprême courage intellectuel. Il commença à lire passionnément des livres d'​histoire et de littérature,​ anglaise et française surtout ; et sa Littérature anglaise, ses essais de littérature française, révèlent dans quels labyrinthes,​ souvent inconnus des spécialistes,​ il s'​aventura,​ et quelle multitude de textes, y compris mineurs et minimes, il avait en mémoire. Il lisait par plaisir, par curiosité et divertissement ; avec une grande candeur, cherchant dans les livres cette richesse d'​expériences et d'​aventures que la vie ne lui avait pas donnée.
 +
 +Si nous feuilletons les lettres de ces années-là,​ nous avons l'​impression que Giuseppe Tomasi de Lampedusa n'​existait pas : peut-être était-il lui aussi l'un de ces spectres mélancoliques que ses Anglais aimaient tant. La vie, pour lui, était un vide ; ou, comme il le disait, citant Shakespeare,​ "une histoire contée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et dénuée de sens" ; et lui, plongé dans ce bruit et cette fureur, n'​avait pas la force de vivre.
 +
 +Il rencontra Alexandra Wolff Stomersee : nous conservons quelques lettres qu'il lui adressa au printemps 1932 ; il n'y a jamais une seule ligne, dans ces lettres, qui suscite l'​écho d'un sentiment. Les termes n'en sont qu'une pâle imitation des termes que Tomasi imaginait que l'on devait trouver dans une correspondance amoureuse. Au cours de l'​été de la même année, il épousa Alexandra : peut-être craignait-il sa femme comme il avait craint, et craignait toujours, sa mère.
 +
 +Quand cette même mère imposa aux deux jeunes gens de vivre avec elle, Lampedusa laissa sa femme retourner dans le magnifique château balte de Stomersee, où elle s'​occupait de psychanalyse,​ et demeura dans le moelleux giron palermitain. Ainsi, treize années durant, son mariage fut fait de très longues absences et de visites l'​été à Stomersee, pour Noël à [[:​lieux:​Rome]] et à [[:​lieux:​Palerme]]. Après quelques années, il affirma que son amour "​augmentait avec la distance et s'​affirmait avec l'​absence"​. Il aurait pu construire de sa plume un amour fait d'​absence et d'​imagination amoureuse, comme celui qui, vingt ans auparavant, avait uni et séparé Kafka et Félice.
 +
 +Mais ses lettres parlent uniquement de chiens, de repas, de locataires, de la chaleur et du froid. Rien, jamais, n'est rêverie ou obsession amoureuse - même si ce singulier mariage donna naissance avec le temps, sinon à un amour, du moins à une profonde complicité psychologique entre lui et sa femme.
 +
 +Il commença à vivre en tant que personne quand il vendit la maison de Santa Margherita Belice et que, en avril 1943, les bombardements détruisirent le Palazzo Lampedusa à [[:​lieux:​Palerme]] : les deux demeures de son coeur et de son imagination. La blessure fut terrible : après la destruction,​ il ne parla pas pendant trois jours ; mais ce désastre libéra en lui les sentiments qui étaient restés objectivés dans les choses.
 +
 +Dès lors, il commença à exister dans les souvenirs. Comme il aimait son enfance, où il n'​avait pas encore été chassé du Paradis : les voix, les bruits, les ombres, les lumières, tantôt filtrées par les rideaux de soie, tantôt exaltées par les dorures, ou peuplées de myriades de grains de poussière ! Il n'​avait pas pu prolonger l'​enfance autour de lui : il n'​avait pas pu continuer à dormir dans la chambre où il était né ; et si la lumière du souvenir l'​agressait,​ il était bouleversé par sa violente beauté.
 +
 +Il parcourait par l'​imagination l'​immense demeure de Santa Margherita Belice, avec ses trois cents pièces, ses trois cours, ses quatre terrasses, son jardin, ses escaliers grandioses, son théâtre et son église, ses vestibules et ses couloirs : il les avait traversés, enfant, comme une forêt enchantée ; et il en revisitait maintenant les lieux et les objets. Il n'​avait pas besoin de les envelopper de sentiment : il suffisait de les nommer ; car l'âme demeurait tapie dans tous les objets conservés par sa mémoire.
 +
 +Grâce aux souvenirs de Francesco Orlando et de Gioacchino Lanza, nous disposons d'un portrait vivant du vieux Lampedusa. Il n'​était d'​ailleurs pas si vieux. Quand ces amis le connurent, il avait 56 ans ; mais il était précocement rongé et appesanti par la vie qu'il n'​avait pas vécue. Il habitait désormais au 28, via Butera, parmi les sédiments et les reliques du passé ; avec sa femme, enfin.
 +
 +Il sortait de chez lui tôt le matin, comme s'il voulait se libérer de toute claustration. Gros, gras, pâle, pareil à un général au repos ou à un énorme félin, il traversait le centre de Palerme, avec un sac chargé de livres. Il emportait toujours avec lui un volume de Shakespeare et des Papiers posthumes du Pickwick Club. Il dépensait dans les livres beaucoup de ses maigres ressources, et mentait à sa femme en prétendant avoir acheté ces ouvrages d'​occasion. Il cultivait la discrétion,​ l'​ironie et les bonnes manières. Il était heureux quand sa femme lui disait : "Je t'aime comme Stomersee."​
 +
 +Si nous devions le décrire, nous pourrions évoquer l'une de ses pages sur Montaigne et Shakespeare : "Nous trouvons chez tous deux la même a-religiosité mêlée à la même émotion devant les sensations religieuses des autres, la même compassion universelle non dépourvue d'une légère teinte de mépris, le même acharnement à démonter le mécanisme de la psyché humaine, le même scepticisme serein, qui accueille toutes les opinions avec un "​si"​ ironiquement condescendant."​
 +
 +Par moments, on eût dit un moraliste français du Grand Siècle ; ou un romantique désenchanté ; ou un adorateur des passions frénétiques et révolutionnaires ; ou un grand historien dilettante. Très vite, ses jeunes amis comprirent que, derrière son visage souriant, le vieux prince cachait des angoisses intenses. En 1957, il écrivit dans son journal : "A la maison dans la soirée, nette sensation d'​être à bout de forces. Cela passera cette fois encore peut-être. Mais un jour ou l'​autre,​ cela ne passera plus."
 +
 +Courtisait-il la mort, comme le dit Tancrède à Fabrizio Salina dans [[http://​www.italieaparis.net/​actualite/​lampedusa-guepard-voyage-10276.php|Le Guépard]] ? Ou la mort était-elle pour lui une expérience qui lui avait "​percé la moelle des os" : un deuil qui grandissait chaque jour dans son corps, et qu'il ne parvenait pas à tenir à distance ?
 +
 +Pietro Citati\\
 +//(Traduit de l'​italien par Brigitte Pérol)//
 +
 +===== Page liée =====
 +
 +[[Le Guépard|Le Guépard (le film)]] de [[Lucchino Visconti]].

Outils personnels