Valérie Quezada De Talavera

Fil des billets - Fil des commentaires

Le Comte de Cavour et sa grande cuisine diplomatique

« Les oranges sont à notre table et nous les mangerons ; pour les macaronis, il faut attendre car ils ne sont pas encore tout à fait cuits ! » Voici les propos quelque peu « codifiés » dans un télégramme du comte Camillo Benso di Cavour à son

aucune réaction

BONAPARTE : Un français dans les pâtes de l’Italie ( Seconde partie)

Quand des Italiens deviennent français L’entré dans le siècle « sera Italien ou ne sera pas » si on en juge les victoires de Napoleone pour reconquérir l’Italie du Nord, Mai : franchissement des Alpes, Juin : Milan devient français, victoire de

3 réactions

BONAPARTE : Un français dans les pâtes de l’Italie

(Première partie) On les retient difficilement, elles sont souvent inexactes, heureusement, l’histoire n’est pas uniquement faite de dates et de citations approximatives, mais surtout… d’histoires. Voici une citation: « Le génie ne se perfectionne

aucune réaction

Catherine De Médicis : De la fourchette, aux lames saignantes 2ème partie

LE POUVOIR DES DOUCEURS Dans la dot de Catherine, on découvre aussi des spécialités et un savoir-faire culinaire italien concoctés par une brigade de fidèles chefs cuisiniers. Elle sait pouvoir compter sur leurs véritables talents d’ « alchimistes »

aucune réaction

Catherine De Médicis : De la fourchette, aux lames saignantes.

En 1533, deux adolescents d’à peine 14 ans se marient : le futur roi de France Henri II et l’italienne Catherine de Médicis. L’alliance conclue entre la cuisine française et italienne donne naissance à la mythique « révolution gastronomique

aucune réaction

Rossini « Tournedos » à la musique pour la cuisine (2ème partie)

Notre dilettant des cuisines quitte Paris pour Bologne en 1836 pour diriger le conservatoire de musique, l’enseignement après la création, sauf aux fourneaux où il expérimente de nouveaux mets en s’inspirant du cuisinier de Charles-Albert de

aucune réaction

Rossini : mélis-mélos d'Opéras-bouffes ( 1ère partie)

Ce que l’amour est au cœur, l’appétit est à l’estomac. L’estomac est le maître de musique qui freine ou éperonne le grand orchestre des passions …Manger et aimer, chanter et digérer sont les 4 actes de l’opéra bouffe qui a pour titre la vie …Celui

aucune réaction

Comment « Le Procope » dei Coltelli s’est taillé une légende

Connaissez-vous le moyen de calmer une crise de shopping boulevard Saint-Germain ? Prenez la tangente et retrouvez-vous d’un saut, au 13 de la rue de l'Ancienne-Comédie, en plein XVIIe siècle. Vous ne rêvez pas, devant vous, cette façade classée

une réaction

Le Codex à la Romanoff, une recette da Vinci ?

Que ce soit dans le tableau de la Joconde ou celui de saint Jean-Baptiste, le pinceau de Léonardo da Vinci travaille les contours en « fondu », ce qui ne permet pas de dissocier clairement le sujet du fond tel le sfumato désormais indissociable du

aucune réaction

Retour vers le futur…isme culinaire de Marinetti

La cuisine moléculaire est une cuisine d’avenir depuis… 1930 ! et les héritiers Slow Food peuvent tranquillement explorer les pittoresques chemins de la tradition culinaire. Voilà 80 ans, Filippo Tommaso Marinetti ouvrait la voie rapide de la

aucune réaction

Thomas Jefferson, importateur de Pasta

Chic ! Aujourd’hui c’est « maccheroni » Qui a mis un plat de nouilles au menu officiel de la Maison Blanche en 1802 ? Thomas Jefferson, c’est à lui que la cuisine italienne doit d’avoir été mise à l’honneur à Washington. L’hôte de cette journée

aucune réaction

À PROPOS DU SITE

UN PEU D'HISTOIRE

ABONNEMENTS

LIENS