Cosa succede in città

Publié le dimanche, 3 juillet 2016 à 15h33

Le Christo qui fait marcher sur l’eau

Par Graziana Lucarelli

Christo_opt.jpg
 

" Vi farò camminare sulle acque, meglio se verrete senza scarpe; sarà una passeggiata di tre chilometri dove sentirete le onde sotto i vostri piedi "
Christo

L’Italie est universellement appréciée pour son patrimoine artistique. Pourtant, il n’est pas courant, voire très rare, que les italiens débattent d’art contemporain ou s’affolent pour visiter des œuvres d’art qui ne relèvent pas des formes artistiques les plus « traditionnelles ». C’est donc avec plaisir que j’ai suivi l’ampleur médiatique et la participation massive du public qu’a suscité le projet The Floating Piers de l’artiste américain Christo.

L’artiste de renommé internationale a choisi le Land Art comme sa forme d’expression privilégiée. Ainsi, ses installations monumentales se placent toujours dans le paysage urbain ou naturel et visent à changer la perception des lieux qu’on a sous les yeux tous les jours. Les parisiens se souviennent peut-être du Pont-Neuf « emballé » par Christo en 1985.

Pour son dernier travail, Christo a décidé d’investir le lac d’Iseo, lac des Préalpes italiennes qui, avec une superficie de 65 km², contient la plus grande île lacustre d’Italie. Pendant les deux dernières semaines, Christo a permis à des milliers de personnes, locaux ou touristes venus pour l’occasion, de flâner, s’allonger, bronzer, se balader sur un pont éphémère de 4.5 km de long revêtu par une toile jaune-orange.

Or, comme toute manifestation qui nécessite d’importants moyens financiers et logistiques et qui remporte un grand succès (comme l’Exposition Universelle de Milan l’année dernière, juste pour en citer une autre), le projet de l’américain a généré un certain nombre d’interrogations et de critiques : d’où proviennent les moyens financiers utilisés ? Le territoire bénéficie t-il de retombées positives ? Ou l’œuvre engendre t-elle des désagréments pour les habitants des bords de lac ? Le public est t-il toujours en sécurité ? Pourquoi l’œuvre a été fermée pendant la nuit alors qu’elle était censée être ouverte 24h/24h ? Ici vous trouvez un article pour approfondir et ici un post Facebook de l'humoriste Natalino Balasso qui aborde aussi le sujet.

Devrions nous dire que Oscar Wilde avait raison quand, dans Le Portrait de Dorian Gray, il proclamait : «There is only one thing in the world worse than being talked about, and that is not being talked about» ?

  • Du 18 juin au 3 juillet 2016
  • www.thefloatingpiers.com
  • www.pontegalleggiantelagoiseo.com

Carte

Sulzano, Lombardia